Show simple item record

dc.contributor.authorTAGRARA, SOFIANE
dc.contributor.authorGUITOUN, YACINE
dc.contributor.authorKANOUN, MOHAMED WALID
dc.date.accessioned2019-12-02T14:03:24Z
dc.date.available2019-12-02T14:03:24Z
dc.date.issued2018-07-08
dc.identifier.citationINFECTIONS NEONATALESen
dc.identifier.otherMre/PH205
dc.identifier.urihttps://dl.ummto.dz/handle/ummto/8876
dc.description.abstractL’infection néonatale demeure une cause préoccupante de mortalité et de morbidité néonatale; elle intéresse 2 à 3% des naissances vivantes. La mortalité liée à ces infections est de 30-40 %. Nous avons réalisé une étude bidirectionnelle (cohorte, cas témoins) au niveau du service de Néonatologie du CHU de Tizi Ouzou durant 3 mois; dans le but de déterminer la fréquence des différents types d’infections néonatales, identifier les différents facteurs de risque, les présentations cliniques et biologiques, et estimer le coût de l’antibiothérapie de ces différents types d’infections. Durant notre période d'étude, 202 nouveau-nés ont été admis, 131 (64.9%) ont présenté une infection néonatale dont 41.1% étaient des infections materno-foetales(IMF), 23.3% des infections tardives primitives (ITP) et 2.9% des infections nosocomiales (IN). Les principaux facteurs de risque associés à la survenue des IMF étaient la fièvre maternelle (OR=11.9, IC [1.1-119.2]), RPM (OR=3.4, IC[1.06-10.8]), LA teinté ou méconial (OR=12.8,IC[3.4-44.3]), prématurité (OR=2.2, IC[1.03-4.8]) et jumeau infecté (OR=45, IC[3.1-653.1]); les principaux facteurs de risque associés à l’IN étaient la prématurité (OR=56.9, IC[10.6-304.9]), petit poids de naissance (OR=15.8,IC[2.4-103.8]), sondage naso-gastrique (OR=8.3,IC[2.02-4.4]) et la durée d’hospitalisation >6j (OR=19.6,IC[2.4- 158.2]). Les manifestations cliniques ont été dominées par les signes respiratoires en cas d’IMF, d’ITP et d’IN, le dosage de la CRP s’est révélé positif dans 25% des cas d’IMF. L’hémoculture était positive dans 6.7% en cas d’IMF et 33.3% en cas d’IN. Parmi les patients enquêtés, le coût moyen de l’antibiothérapie d’une IN (17386.5 DA) était 11 fois plus élevé que celui d’une IMF (1458.2 DA) ou d’une ITP (1552.15 DA). Notre étude confirme la plupart des résultats rapportés par la littérature scientifique.en
dc.language.isofren
dc.publisherFaculté de médecine université deTIZI OUZOUen
dc.subjectInfection néonataleen
dc.subjectEpidemiologieen
dc.subjectNéonatologieen
dc.subjectInfection materno-foetaleen
dc.subjectManifestation cliniqueen
dc.subjectManifestation biologiqueen
dc.subjectInfection tardive précoceen
dc.titleEPIDEMIOLOGIE DES INFECTIONS NEONATALES AU CHU DE TIZI-OUZOUen
dc.typeOtheren


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record