Show simple item record

dc.contributor.authorNait Sidi Ahmed, Rahima
dc.contributor.authorOukil, Said
dc.date.accessioned2019-05-02T13:58:52Z
dc.date.available2019-05-02T13:58:52Z
dc.date.issued2016-10-09
dc.identifier.citationSpécialité : Gestion des Forêts et des Espaces Naturelsen
dc.identifier.urihttps://dl.ummto.dz/handle/ummto/2054
dc.description71 p. : ill. ; 30 cm. (+ CD-Rom)en
dc.description.abstractLes feux de forêts sont toujours soldés par des catastrophes. Parmi ces dernières, on trouve les subéraies qui sont les plus touchées par ce sinistre à travers le temps. Notre objectif est d’évalué la mortalité et la capacité d'auto-régénération du chêne liège dans les zones brûlées. Après un an et demi du passage d’incendie sur le massif forestier de Béni Ghobri au niveau des contons Aboud et Bouhini. Nous avons quantifié les taux de survie / mortalité des arbres sélectionnées en fonction de variables telles que la hauteur et la circonférence des arbres, et d'évaluer les modalités de régénération ainsi que leurs taux de reprise après perturbation par le feu.Dans cette étude, 1401 arbres ont été sélectionnées pour l’évaluation individuelle.Les résultats montrent que presque tous les arbres du chêneliège ont survécu à l’incendie soit 98% du total des arbres, Et la plupart d'entre eux se régénèrent de la couronne (54.79% du total des arbres) .Le Quercus suber était de loin le plus résistant au feu, comme il semble à retrouver rapidement son état initial.en
dc.language.isofren
dc.publisherUniversité Mouloud Mammerien
dc.subjectChêne liègeen
dc.subjectModalités de repriseen
dc.subjectBéni Ghobrien
dc.subjectFeux de Forêten
dc.titleContribution à l’étude de reprise végétative du chêne liège ( Quercus suber L.) après incendie cas du massif forestier de Béni Ghobri (Canton Aboud et Bouhini)en
dc.typeThesisen


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record