Show simple item record

dc.contributor.authorFerhi, Fahima
dc.contributor.authorGuechida, Ouiza
dc.date.accessioned2020-10-18T08:21:56Z
dc.date.available2020-10-18T08:21:56Z
dc.date.issued2020-02-05
dc.identifier.citationOption:Economie Monétaire et Bancaireen
dc.identifier.urihttps://dl.ummto.dz/handle/ummto/11704
dc.description81 p.:ill;30cm.(+cd)en
dc.description.abstractLa politique monétaire est l’un des instruments de la politique économique qui est un ensemble de mesures prises par une BC afin de contrôler la quantité de monnaie en circulation. L’objectif principal de la politique monétaire rejoint l’objectif de la politique économique en générale qui est la réalisation du carré magique de « Kaldor » comme objectif final. Pour agir sur ses objectifs,les autorités monétaires disposent d’autres objectifsappelés objectif intermédiaire et objectif opérationnel. Pour les atteindraient, la BC possède plusieurs instruments qui sont au nombre de deux : les instruments direct et les instruments indirect. En Algérie, de 1962 à 1990, l’économie algérienne se définissait par des règles et des mécanismes d’une économie dirigée. Dans ce cadre la politique monétaire avait pour objectifs de réaliser les plans de développement planifié par le gouvernement. A partir de 1990, plusieurs changements institutionnels et structurels ont été apportés à l’économie algérienne, notamment avec la promulgation de la loi sur la monnaie et le crédit et l’adoption du plan d’ajustement structurel. Durant cette période le rôle assigné àla politique monétaire était la régularisation du déséquilibre macroéconomique. L’augmentation des cours de pétrole àpartir des années 2000, a bouleversé le système économique Algérien passant d’une situation de pénurie de liquidité à une situation d’excès de l’offre de monnaie, raison pour laquelle la Banque d’Algérie instaure de nouveaux instruments afin de stériliser les surliquidités pour mieux gérer le risque inflationniste. La dépendance de l’Algérie vis-à-vis de la rente pétrolière la rend extrêmement vulnérable, chose qui s’explique par le contre-choc pétrolier de 2014 quia engendré un déficit au niveau de la balance des paiements de l’Etat, raison pour la quelle la banque d’Algérie a fait appel à d’autres instruments dites non conventionnel pour faire face à cette situation économique déséquilibrer.en
dc.language.isofren
dc.publisherUniversité Mouloud Mammerien
dc.subjectPolitique monétaireen
dc.subjectCarré magiqueen
dc.subjectDéséquilibre macro-économiqueen
dc.subjectFinanceen
dc.subjectRisqueen
dc.titleLa politique monétaire en Algérie et le financement non conventionnelen
dc.typeThesisen


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record