Show simple item record

dc.contributor.authorMOUHEB, Zina
dc.date.accessioned2020-09-29T12:00:28Z
dc.date.available2020-09-29T12:00:28Z
dc.date.issued2019-06-17
dc.identifier.urihttps://dl.ummto.dz/handle/ummto/11602
dc.description17/06/2019 au 21/07/2019, Suisseen
dc.description.abstractDans la contemporanéité, un grand nombre d’algériens, quelle que soit leur génération ou leur appartenance socioprofessionnelle, participent à des réseaux sociaux comme des blogs ou des groupes Facebook. Ces espaces virtuels sont devenus des lieux d’échange privilégiés favorisant l’information rapide sur l’actualité mais aussi sur des évènements historiques et/ou sociopolitiques de la société algérienne. Ceci permet à certains usagers de mener des campagnes engagées, à d’autres de créer des évènements autour de valeurs et de principes qu’ils souhaitent partager. Il s’agit donc d’espaces d’influence et de transmission avec des caractéristiques spécifiques et des répercussions individuelles et collectives encore imprévisibles (Costa-Fernandez, Donard, 2016). Des témoignages (Cherrad-Bennaceur, 2018) et des approches scientifiques multidisciplinaires (Lazali, 2018, Stora, 1997, 2014, 2016, Réjas-Martin, 2011) illustrent nos propos. Par ailleurs la publication de certains extraits de parole et des images autour des évènements historiques sont repris massivement par des RSV, le 1 novembre, jour de déclenchement de la guerre algérienne de libération ; le 5 juillet jour de l’indépendance ; le 19 mars, jour de la victoire et les évènements de répression du 8 mai 1945. Des images des séquelles de la guerre, des destructions, des morts, des tortures et les témoignages de personnes impliquées, sont partagées sur l’écran avec l’objectif de garder la mémoire, « pour ne pas oublier », provoquant des émotions très fortes dans les nouvelles générations. Cette communication a pour objectif présenter les bases d’un nouveau projet de recherche international. Ce projet s’inscrit dans la suite de la thèse réalisée par Zina Mouheb sous la direction du Professeur Fatima Moussa sur la transmission transgénérationnelle du traumatisme vécu par les ressortissants de la guerre algérienne de libération (Mouheb, Moussa, 2016). Il s’agira maintenant d’identifier le rôle exercé par les RSV dans les nouvelles modalités de cette transmission. Le dessin de l’étude est qualitatif composé initialement de l’observation participante de deux groupes Facebook engagés dans un travail de mémoire de la guerre de libération et ensuite par des rencontres individuelles avec des participants volontaires des groupes retenus. Nous espérons que nos résultats et conclusions contribueront à la compréhension des répercussions Politiques des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) dans la transmission transgénérationnelle des traumatismes de guerre.en
dc.language.isofren
dc.subjecttransmission transgénérationnelle, guerre de libération algérienne, réseaux sociaux virtuels, Technologies de l’Information et de la Communication TICen
dc.titleRéseaux Sociaux Virtuels (RSV) et transmission transgénérationnelle dutrauma. Le cas de la guerre de libération algérienne.en
dc.typeWorking Paperen


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record